Principes d'action

Axé sur le changement

Axé sur le changement, le projet collectif formalise l’engagement des porteurs à se donner une vision, un chemin et des actions stratégiques pour réaliser leur intention de départ. À cet effet, l’auto-évaluation évolutive invite à une réflexion itérative sur la nécessité de maintenir le cap sur les changements poursuivis contrairement aux pratiques orientées vers l’action.

Par sa complexité, le changement est une interaction entre différents acteurs et facteurs, et une combinaison de changements intermédiaires dont les évolutions sont difficiles à anticiper. Le défi est de comprendre, chemin faisant, la progression souvent imprévisible du parcours de changement, tout en se questionnant sur la pertinence et l’efficacité des actions stratégiques poursuivies dans la perspective des changements souhaités.

L’auto-évaluation exerce ainsi une fonction stratégique dans la perspective des changements durables. Elle est aussi une approche proactive et pratique en soutien au changement souhaité.

Axé sur le changement
Autonomie

Autonomie

L’autonomie désigne la capacité d’un collectif à évaluer un projet de changement et à garder la maîtrise du processus décisionnel sur l’ensemble des déterminants de son évolution vers le changement souhaité.

L’autonomie repose sur la compréhension de l’utilité et des conditions de réalisation de l’approche et sur la capacité du collectif à adapter les processus appris à d’autres contextes. Une attention particulière est portée à la maîtrise de la démarche et à la compréhension des processus cognitifs clés sous-jacents au processus d’auto-évaluation.

Toutefois, même avec des compétences dans le domaine de l’auto-évaluation, un collectif peut opter pour le recours négocié à un évaluateur externe, sur une base régulière ou ad hoc, dans une perspective partenariale. Il s’agit alors de préciser le partenariat et son objet, les besoins d’information, les modalités de collaboration, en particulier les processus décisionnels et délibératifs.

Intelligence collective

« Intelligence partout distribuée, sans cesse valorisée, coordonnée en temps réel, qui aboutit à une mobilisation effective des compétences. » (Lévy, 1997)

L’intelligence collective instaure une relation constructive et coopérative entre acteurs produisant des résultats supérieurs à ce qui aurait été obtenu individuellement. Dans un contexte de complexité et d’incertitude, elle valorise le potentiel de créativité et d’action du collectif et illustre la force de convergence des idées dans la lecture de l’environnement. Elle favorise également l’adoption d’une vision concertée et intégrée du changement.

L’intelligence collective en auto-évaluation évolutive suppose un climat relationnel, des règles et stratégies favorisant l’engagement et la contribution d’une diversité d’acteurs au dialogue et à l’action collective. Elle requiert une ouverture au changement et aux méthodes de réflexion, de création et de construction.

Dans le contexte d’une contribution variable des acteurs, l'intelligence collective favorise la mobilisation effective des compétences par l’instauration d’une organisation flexible et réactive et par le maintien d’une communication continue avec les parties prenantes.

Intelligence collective
Axé sur le changement

Efficience

L’efficience est la capacité des collectifs à déployer une démarche d’auto-évaluation pertinente, adaptée, suffisante et efficace tout en optimisant des ressources limitées (temps, énergie et argent).

La recherche de l’efficience passe par l’utilisation optimum des connaissances et des compétences du collectif selon le principe de l’intelligence collective. L’optimisation utilise, notamment, des stratégies de facilitation et un processus de questionnement qui structurent efficacement et à courte échéance la réflexion des partenaires de manière à parvenir à des construits collectifs robustes.

L’auto-évaluation favorise l’efficience en tirant des enseignements des réussites et des échecs (apprentissage adaptatif) pour gérer l’incertitude et les interactions avec l’environnement (complexité). Elle permet aussi de cerner les facteurs (stratégiques et opérationnels) sur lesquels agir pour évoluer vers les changements souhaités de sorte à réaliser des choix pertinents qui optimisent énergie et temps.

Donnée suffisante

« L’information n’est jamais parfaite, mais des décisions sont prises quand même. […] il vaut mieux avoir certaines données à temps que de disposer de toute l’information voulue alors qu’il est trop tard pour s’en servir. » (Patton)

La donnée suffisante réfère à un seuil d’information propre à éclairer la progression des changements ou à décider d’un ajustement. Elle oriente la collecte de données en précisant l’information utile à la prise de décisions en temps opportun avec un risque acceptable.

La crédibilité de la donnée suffisante découle d’un processus délibératif visant un consensus sur une proposition de pistes d’améliorations pour alimenter la prise de décisions. La délibération réunit une diversité de compétences pour interpréter les données collectées et cerner les perceptions aux moments jugés opportuns, aux étapes clés de l’auto-évaluation et du chemin évolutif du changement.

Le processus délibératif sur la donnée probante ou suffisante améliore la capacité à interpréter les données et à tirer des conclusions pour prendre des décisions à temps. Il favorise la concertation des porteurs du projet de changement, l’appropriation, le partage et l’utilisation des résultats grâce, notamment, à un mécanisme de rétroaction continue.

Donnée suffisante
Adaptation

Adaptation

« Connaître et penser, ce n’est pas arriver à une vérité absolument certaine, c’est dialoguer avec l’incertitude. » (Edgar Morin)

L’adaptation revient à introduire les moyens stratégiques appropriés pour garder le cap à l’intérieur d’un chemin évolutif de changement difficile à anticiper. La nécessité de l’adaptation découle de la finalité poursuivie et de facteurs internes et externes, conciliables avec les enjeux de la complexité. Le défi consiste à ajuster le projet de changement malgré l’incertitude relative à sa progression.

Par l’adaptation, le collectif bénéficie de l’apprentissage et de la donnée suffisante résultant du caractère évolutif de l’auto-évaluation pour modifier, en partie ou en totalité, les objectifs de changement et les stratégies de réalisation. L’adaptation conduit le collectif à moduler aussi son fonctionnement et ses pratiques de même que les techniques de facilitation et divers outils.

L’auto-évaluation est alors un processus qui favorise l’amélioration continue et la conduite du changement dans le but de réunir les conditions gagnantes nécessaires à des changements durables.